newsletter

n°1 _octobre 2020

edito

La pandémie a bousculé nos plans et révélé les nombreuses failles de notre société sur fond de réchauffement climatique. Mais elle constitue aussi une opportunité unique de revoir nos fondamentaux et valoriser les domaines porteurs d’avenir. A ce titre, nos édiles politiques auront un sérieux défi à relever. Chef-lieu mais aussi ville touristique, Vevey, son commerce et ses activités de service en particulier, ont profondément pâti du Covid19. Aussi, espérons que le manque d’intérêt de nos autorités pour le bon fonctionnement de notre économie sera dépassé au profit d’une nouvelle donne. La mise au budget 2020 d’un délégué à l’économie constitue, à ce titre, un signal prometteur. En effet, pour que la Commune puisse continuer à offrir un filet social et une offre culturelle diversifiée, elle doit pouvoir compter sur une économie prospère, une fiscalité attractive et ne pas oublier son rôle d’accueil en tant que chef-lieu. Avec la mise à mal de nombreux pans de notre économie régionale, espérons que ces quelques éléments resteront bien présents à l’esprit de nos autorités.

_Pour la rédaction: Philippe Oertlé

Arrêt sur virus

On le sait, la pandémie a stoppé net l’activité de très nombreux acteurs économiques. Si les aides temporaires apportées par la Confédération et le Canton ont permis de passer le cap à nombre d’entre eux, ce n’est de loin pas le cas de tous. On pense ici aux artistes, aux métiers de l’événementiel et du tourisme. Les mois de juillet et août ont apporté une bouffée d’oxygène à de nombreux restaurateurs, hôteliers et commerçants. Ce n’est toutefois qu’en fin d’année que l’on pourra tirer un vrai bilan de la situation. D’ici là, tous les efforts de soutien entrepris pour le maintien, aussi large que possible, de notre tissu économique sur la Riviera seront les bienvenus. A ce titre, Promove, l’organisme officiel de promotion économique de notre région Riviera-Lavaux est à disposition, tout comme son site (www.promove.ch) qui relaie quantités d’informations fort utiles aux entreprises et indépendants.

Ce n’est toutefois qu’en fin d’année que l’on pourra tirer un vrai bilan de la situation

Pour une nouvelle place du marché conviviale et polyvalente

Le réaménagement de la Place du Marché sera assurément le chantier de la décennie. On pouvait espérer, qu’après le refus de justesse d’un parking souterrain, la Municipalité qui lui a opposé son projet « D’Amour et d’eau fraîche » tiendrait ses promesses. En effet les citoyens qui ont suivi le contre-projet des autorités ont voté pour un parking de surface de 200 places, les 250 suppri￾mées devant trouver place dans un parking souterrain derrière la Gare CFF. On sait aujourd’hui que ledit parking ne verra vraisemblablement jamais le jour ou alors sous une forme beaucoup plus modeste, mais certainement pas avant la prochaine décennie ! Nonobstant cela, la Municipalité a mis à l’enquête publique son projet de réaménagement de la Place du Marché, mais avec seulement 150 places de parc au lieu des 200 promises tout au long de la campagne et dans sa communication. C’est sans compter la suppression de très nombreuses places en Vieille-Ville et au Quai Perdonnet, lequel deviendrait piétonnier. Si le réaménagement qualitatif de la place n’est pas remis en cause, bien au contraire, il en va différemment du rôle que joue ce parking pour l’activité tant commerciale, touristique que culturelle. Etant donné l’absence de compensations dans un périmètre proche, le maintien de ces 200 places s’impose donc. Face à cette volonté de l’autorité, un très grand nombre d’enseignes de la Place et de la Vieille-Ville, de même que la SIC ont fait opposition. Faudra-t-il attendre une nouvelle constellation sortie des urnes le printemps prochain pour trouver un souffle moins dogmatique pour notre Ville ?

Actualité

 

Comité renouvelé

En raison de la pandémie, notre dernière Assemblée générale ordinaire (AG) s’est tenue le 29 mai, sans présence physique. Les membres ont ainsi été invités à exercer leur droit de vote par écrit pour les points soumis à leur approbation. L’élément saillant de cette assemblée, était la nomination d’un nouveau président, lequel a été élu à l’unanimité des membres votants, en la personne de Monsieur William von Stockalper, directeur général de FrappeCom Suisse SA à Vevey et Président du FC Vevey United. Pour rappel, seul le président est élu par l’AG, les membres du Comité l’étant par cooptation. A ce titre, Monsieur Hugo Dos Santos, représentant du secteur bancaire a rejoint le Comité en remplacement de M. Moret démissionnaire. A quitté également le Comité, M. Jean-Louis Bolomey, lequel n’est pas remplacé. (découvrez le président ici)

Une histoire de bon commerciaux

Nombreux sont les cantons et les villes qui pour soutenir leurs commerces au lendemain du confinement ont mis en place des bons à leur attention. Le principe : le client paie 80 francs un bon de 100 francs et le commerçant reçoit 110 francs. La différence étant prise en charge par la commune ou le canton jusqu’à concurrence du montant mis à disposition pour cette action. Une bonne initiative qui incite le chaland à consommer local et donne un coup de pouce au commerce. Fort de ces exemples, la Municipalité de Vevey a décidé de mettre en place une telle action pour un montant de 300’000 CHF. Restent les critères d’attribution. On pouvait espérer que les commerces et enseignes qui avaient dû fermer durant le confinement seraient les premiers de la liste à pouvoir profiter de cette initiative. C’était sans compter la volonté des autorités de condi￾tionner l’inscription dans la liste des commerces récipiendaires à la signature d’une charte contraignante que peu de commerces sont susceptibles de pouvoir signer. Et comme une partie des membres de la SIC sont exclus d’office, tels notamment les centres commerciaux et diverses autres enseignes, il devenait difficile pour notre association faîtière, représentant les diverses branches dont l’ACV (Association des Commerçants de Vevey), de signer également une telle charte donnant une sorte de caution à la Ville, alors que la SIC n’a pas été consultée pour son élaboration ! Dommage que l’on associe une bonne action à du clientélisme.

Sur un air de Dolce Vita

Suite à l’annonce de l’annulation des évènements phares de la région, pandémie oblige, l’ensemble des acteurs touristiques et culturels de la Riviera vaudoise se sont mobilisés pour apporter une réponse inédite. Soit donner, durant toute la durée estivale, tant à Montreux, à la Tour-de-Peilz qu’à Vevey, des allures de station balnéaire, conviviale et cosy et célébrer, en toute sécurité, la douceur de vivre à la mode de la Riviera. Une initiative bien reçue, tant par la population de la région que par les touristes, lesquels ont notamment pu profiter du lac confortablement assis sur le deck ou se laisser distraire par les concerts ou animations surprises. Cette initiative privée, sous l’appellation Vevey Alive pour notre ville, a été montée très rapidement avec le soutien de la commune. De quoi apporter une bouffée d’oxygène bienvenue sur fond de pandémie. Les retours sont d’ores et déjà positifs et une reconduction l’année prochaine serait hautement souhaitable pour l’image de la cité.

“De quoi apporter une bouffée d’oxygène bienvenue sur fond de pandémie”